Colette

Colette, de son vrai nom Sidonie-Gabrielle Colette, est une romancière française, née à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne) le 28 janvier 1873, morte à Paris le 3 août 1954. Elle est élue membre de l’Académie Goncourt en 1945.

Biographie:

Dernière des quatre enfants (deux filles et deux garçons) de Sidonie Landoy (Sido) et du capitaine Jules-Joseph Colette (saint-Cyrien, zouave qui a perdu une jambe lors de la bataille de Melegnano et est fait percepteur à Saint-Sauveur en Puisaye1), celle qui deviendra Colette a vécu une enfance heureuse à Saint-Sauveur-en-Puisaye, gros village de Bourgogne. Adorée par sa mère comme un « joyau tout en or » au sein d’une nature fraternelle, elle reçoit une éducation laïque. Sido, féministe et athée convaincue qui ne craint pas de troubler le curé de Saint-Sauveur avec son chien ou de lire Corneille caché dans un missel, lui apprend l’art de l’observation notamment dans le jardin donnant sur la cour de la maison.

La jeune Colette lit très tôt les grands classiques et prend des leçons de français comme de style auprès de son père, grand lecteur de journaux. Sido ayant des goûts de luxe que son mari ne sait lui refuser, la famille ruinée doit quitter Saint-Sauveur et s’installe en novembre 1891 à Châtillon-sur-Loing2. Adolescente, Colette rencontre Henry Gauthier-Villars, séducteur compulsif surnommé « Willy », avec qui elle se marie le 15 mai 1893 à Châtillon-sur-Loing. Willy, critique musical très influent et auteur de romans populaires, est un viveur parisien qui fait également travailler à son profit une équipe de collaborateurs dans son atelier parisien de la maison d’édition Gauthier-Villars au 55 quai des Grands-Augustins, dans laquelle s’installe le couple au dernier étage. Il introduit Colette dans les cercles littéraires et musicaux de la capitale où la jeune femme fait sensation avec l’accent rocailleux de sa Bourgogne natale. Vite saisi par les dons d’écriture de sa jeune épouse, Willy l’utilise elle aussi comme nègre (le premier manuscrit de Colette date de 1893)3 puis dès 1895 l’engage à écrire ses souvenirs d’école, qu’il signe sans vergogne de son seul nom. Cela donne Claudine à l’école, bientôt suivi d’une série de Claudine (La Maison de Claudine, Claudine à Paris, Claudine en ménage, etc.), qui sont donc publiés sous le nom du seul Willy.

Willy est, entre autres, l’amant de la femme d’Émile Cohl, Marie-Louise Servat, avec laquelle il avait eu un fils, Jacques Henry Gauthier-Villars (ce fils de Willy est né avant que celui-ci ne commence à fréquenter Colette, en 1889, et donc bien avant son mariage avec elle, c’est d’ailleurs en mettant cet enfant en nourrice à Châtillon-Coligny qu’il a commencé à fréquenter Colette). Colette, jalouse et consternée de devoir être enfermée dans un rôle d’épouse bafouée, se libère de plus en plus de cette tutelle. En 1905, elle publie le premier livre sous son nom de Colette Willy, Dialogues de bêtes. Encouragée par le comédien et mime Georges Wague (1874-1965), elle commence alors une carrière au music-hall (1906-1912), où elle présente des pantomimes orientales (« la première mime féminine de mon temps » écrit-elle) dans des tenues très légères (la Préfecture de Police interdit notamment son spectacle de pantomime nu sous une peau de panthère)4, puis se produit au théâtre Marigny, au Moulin Rouge, au Bataclan ou en province (ces spectacles transparaîtront dans La Vagabonde ou L’envers du music-hall). Ce sont des années de scandale et de libération morale : elle divorce de Willy en 1906, connaît plusieurs aventures féminines, notamment avec Mathilde de Morny (Missy), fille du duc de Morny et sa partenaire sur scène, en 1911, chez qui elle vit le plus souvent et qui lui a offert la villa Roz Ven à Saint-Coulomb en Bretagne, ou Natalie Clifford Barney dite « l’Amazone ». Durant toute cette période, Colette chemine aussi dans sa vocation d’écrivain. Elle publie des ouvrages évoquant ces années, comme La Vagabonde, L’Envers du music-hall ou En tournée.

« Vu le commis voyageur Willy bardé de jeux de mots et d’à peu près à rendre jaloux le plus exubérant rat de table d’hôtes. Près de lui Colette, plus Polaire que jamais, avec sa mine d’enfant gâté et méchant, de cancre femelle, insupportable et contente d’elle5. »

Après son divorce, Colette a une brève liaison avec Auguste-Olympe Hériot, rencontré à la fin de 1909. Puis elle fait la connaissance de Henry de Jouvenel, politicien et journaliste, qu’elle épouse en 1912 et qui l’engage à donner quelques billets et reportages au journal le Matin, dont il est le rédacteur en chef. De lui, à Castel Novel de Varetz (Corrèze), elle aura sa seule enfant, Colette Renée de Jouvenel, dite « Bel-Gazou » (« beau gazouillis » en provençal). À plus de quarante ans, alors que son mari la trompe, elle joue un rôle d’initiatrice à l’amour auprès du fils de son époux, Bertrand de Jouvenel qui n’a pas encore dix-sept ans. Relation qui durera cinq années et nourrira les thèmes et les situations dans Le Blé en herbe6. Pour ce qui concerne Chéri, c’est un fantasme devenu réalité, puisque le livre est publié en 1920 alors que sa conception remonte à 1912, soit quelques années avant sa liaison avec Bertrand de Jouvenel. Le divorce d’avec Henry de Jouvenel sera prononcé en 1923. Comme elle le fera pour Willy dans Mes apprentissages, Colette se vengera de son ex-mari par un roman, Julie de Carneilhan.

En juin 1919, Colette, directrice littéraire du journal Le Matin, contacte Léopold Marchand, figure marquante du théâtre entre les deux guerres, pour contribuer à une nouvelle rubrique dénommée Mille et un Matins. Colette l’invite dans sa demeure bretonne de Roz Ven à Saint-Coulomb près de Saint-Malo7. En 1921, Léopold Marchand collabore avec Colette à l’adaptation théâtrale de Chéri. Il s’occupe de la mise en scène de Chéri et joue même un rôle8. En 1923, Léopold Marchand adapte pour le théâtre le roman de Colette La Vagabonde9. Colette a publié dans La Jumelle noire l’ensemble des critiques littéraires qu’elle a écrites sur les pièces de Léopold Marchand.

Mélomane avertie, Colette collabore avec Maurice Ravel entre 1919 et 1925 pour la fantaisie lyrique l’Enfant et les Sortilèges. Elle a été l’amie de la reine Élisabeth de Belgique, de Marguerite Moreno, de Renée Vivien, et a eu quelques brouilles avec la célèbre demi-mondaine de la Belle Époque, Liane de Pougy.

Elle rencontre son troisième mari, Maurice Goudeket, en accompagnant son amie Marguerite Moreno, chez Madame Andrée Bloch-Levalois, au début de l’année 1925.

Colette fréquente assidûment la Côte d’Azur. Elle séjourne un temps dans sa villa de Guerrevieille, à Sainte-Maxime, puis elle s’installe plus longuement à La Treille-Muscate, à Saint-Tropez (auquel elle consacre de nombreux essais ou romans comme La Naissance du jour, Bella Vista, Prisons et paradis ou Journal à rebours), qu’elle quitte en 1938 en se plaignant de l’affluence trop importante de touristes suite à la promotion de son maire Léon Volterra. Colette vend alors sa villa à Charles Vanel.

En 1932, Colette qui a besoin de gagner sa vie ouvre rue de Miromesnil à Paris un institut de beauté4.

Pendant l’Occupation, Colette séjourne quelques mois chez sa fille en Corrèze dans le village de Curemonte puis revient à Paris, avec Maurice Goudeket (qu’elle sauva de la Gestapo), passer toute la durée de la guerre dans son appartement du Palais-Royal au 9 de la rue de Beaujolais10. Immobilisée dans sa « solitude en hauteur » dans son « lit-radeau » (offert par la Princesse de Polignac) par une arthrite de la hanche, elle continue d’écrire à partir des fenêtres, véritables portes ouvertes sur le monde11.

En 1945, Colette est élue à l’unanimité à l’Académie Goncourt, dont elle devient présidente en 1949. Ayant vite compris que la célébrité passe par la maîtrise de son image, elle devient l’écrivain le plus photographié du XXe siècle3. Les Œuvres Complètes de Colette sont publiées en quinze volumes par la maison d’édition Le Fleuron, créée par Maurice Goudeket. En 1952 elle interprète son propre personnage dans le documentaire que lui consacre Yannick Bellon intitulé simplement Colette et qui est devenu un classique du genre, puisqu’il s’agit du seul film que l’écrivain interprète. En 1953, elle est élevée à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur12. Elle compte Jean Cocteau parmi ses voisins. Sur ses vieux jours, celui qu’elle surnomme « son meilleur ami », c’est-à-dire Maurice Goudeket, l’aide à supporter son arthrose. Elle meurt le 3 août 1954.

En dépit de sa réputation sulfureuse et du refus par l’Église catholique d’un enterrement religieux, Colette est la première femme à laquelle la République ait accordé des obsèques nationales13. Elle est enterrée au cimetière du Père-Lachaise à Paris14. Sa fille repose à ses côtés.

Les enjeux de l’écriture.

Colette arrive à se démarquer de ses contemporains (André Gide, Romain Rolland ou encore Jean Giraudoux) grâce aux sujets qu’elle aborde. Elle montre un style épuré mais élevé. Elle trouve sa place parmi les romanciers régionalistes qui se sont imposés durant l’entre-deux-guerres, à travers, entre autres, les descriptions de sa région natale, la Bourgogne15.

Une attention croissante à la justesse des mots, notamment lorsqu’ils sont chargés d’exprimer l’effusion dans la nature, une sensualité librement épanouie pour revendiquer les droits de la chair sur l’esprit et ceux de la femme sur l’homme, voilà quelles sont les lignes de force de cette écriture.

Par ailleurs, l’écriture de Colette est plus complexe et moderne qu’elle ne semble le laisser supposer au premier abord.

En 1999, Serge Doubrovsky, inventeur du terme moderne d’autofiction qu’il appréhende en dernier ressort comme une variante de l’autobiographie, considère Colette comme une pionnière illustrant sa conception : « On découvre quand même chez Colette, un livre qui s’appelle La Naissance du jour qui a paru en 1928 et qui, à l’origine, portait sur son péritexte le sous-titre roman. Et dans le roman de Colette, La Naissance du Jour, on trouve un personnage de femme âgée qui s’appelle Colette. Ensuite, on apprend qu’elle a écrit les Claudine. Bref, elle s’est mise en scène comme le personnage d’un roman écrit par Colette sur Colette.

Colette et la Belgique:

Les liens entre Colette et la Belgique sont étroits. Son grand-père combattit à la bataille de Waterloo, son oncle fut directeur des casinos d’Ostende et sa mère, Sidonie Landoy, dite « Sido », au décès de ses parents, alla rejoindre ses frères journalistes à Bruxelles où elle vécut de longues années.

Contre toute attente Sido découvrira et partagera la vie d’artistes en vue : peintres, écrivains et musiciens. Mais sans dot ni métier, elle se voit résignée au mariage et repart dans l’Yonne. Cependant elle n’oublia pas la Belgique et conta ses charmes à sa fille, Colette. Dans les Lettres à Missy, Colette fait plusieurs fois mention de ses passages à Liège ou à Bruxelles où elle se rendait lors de ses tournées et séjournait notamment à l’hôtel Métropole — qui existe toujours place de Brouckère.

Le 14 mai 1909, lors d’une étape de sa tournée Claudine à Liège, Colette se laisse séduire par la ville, la trouvant « la plus française des villes belges » — par allusion aux grands magasins qui s’y développaient, comme à Paris.

Elle séjournera aussi plusieurs fois à Bruxelles, notamment du 4 au 17 février 1910, où elle présente La chair — pièce de Georges Wague — qui fera scandale car elle y paraissait dévêtue. Dans son édition du 6 février, le journal Le Soir relate cet événement avec un grand engouement pour les comédiens : « La pantomime La Chair qui a eu un grand succès à Paris et sur laquelle M. Chantrier a écrit une musique charmante, a été interprétée avec conviction par Colette Willy, Christine Kerf et Georges Wague ».

En 1922, Georges Simenon, alors rédacteur au journal liégeois La Gazette de Liége, se rend à Paris et rencontre Colette, directrice littéraire du journal « Matin ». Il travaille comme secrétaire chez l’écrivain Binet-Valmer et commence à lui envoyer des textes. Dans un premier temps, Colette les refusera tous. Pourtant, « la petite idole » retient enfin son attention malgré le scepticisme quant à son écriture. En effet, elle le jugera trop littéraire et lui conseillera de ne pas faire de la littérature. Simenon ne le comprit pas directement mais essaya une écriture plus simple. Le 27 septembre 1923, la romancière accepte finalement de le publier. Simenon rendra hommage plus tard aux précieux conseils reçus de l’écrivain. Lorsque Colette fut primée à l’Académie Goncourt, le 2 mai 1944, elle reçut une lettre de Simenon la félicitant. Elle y répondit : « Cher Simenon, merci. Tout le monde est si gentil que je n’ai plus de papier à lettres ! Je viens de lire La Fuite de Monsieur Monde. Cette profonde tristesse de vos héros me frappe beaucoup. Une grande poignée de main. »

L’Académie royale de langue et littérature françaises élit Colette en remplacement de la comtesse de Noailles. L’honneur fut reçu par Colette et la décision approuvée par le roi Léopold III malgré les reproches de son commerce esthétique et sa relation avec Mathilde de Morny, dite Missy. Même la reine Élisabeth, son amie et mère de Léopold III, lui adressa une lettre de félicitations.

Colette rencontra la reine Élisabeth en novembre 1931. Elle rapportera cette rencontre dans Paris-Soir, le 13 octobre 1938. Elle décrivit la beauté de la jeunesse persistante de cette reine-artiste. Leur amitié durera jusqu’à la mort de la romancière. Colette accueillit la reine chez elle le 2 avril 1946, après son élection à l’Académie Goncourt. Alors qu’elle commençait à avoir certaines difficultés à marcher dues à son arthrite, la reine se rendit à plusieurs reprises à son chevet. Toutefois, si elle ne pouvait rendre visite à Colette, elle lui envoyait des lettres, des présents et des promesses de visite. Cette promesse fut tenue le 10 mars 1949. C’est lors de ces retrouvailles que Colette offrit son unique exemplaire de Pour un herbier. Quatre jours plus tard, elle décrivit la reine Élisabeth dans Les Lettres aux Petites Fermières : « C’est une des rares créatures qui inspirent le dévouement, tant elle est prodigue d’elle-même. » De même que pour la reine, l’écrivain comptait parmi les amis particuliers de la reine.

Le 14 novembre 1954 un hommage fut rendu à Colette au Palais des beaux-arts de Bruxelles, en présence de son mari et de la reine Élisabeth. La reine assista également à la réception de Jean Cocteau à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, qui reçut la place de Colette.

Postérité:

En 1956 est créée la Société des amis de Colette17, association reconnue d’utilité publique qui publie depuis 1977 les Cahiers Colette qui rassemblent des inédits de l’auteur, des témoignages et des études originales4.

Un musée Colette a été créé dans le château dominant la maison natale de Colette, maison bourgeoise sise rue de l’Hospice – devenue rue Colette.

Le 29 septembre 2011, la Société des amis de Colette avec l’aide de l’État acquiert pour 300 000 euros la maison natale de Colette18 de Saint-Sauveur-en-Puisaye, en vente depuis 2007. Cette maison bourgeoise à la façade austère et ses jardins du bas et du haut rejoint l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques et est destinée à être réhabilitée pour obtenir le label des Maisons des Illustres.

Œuvres:

1900 : Claudine à l’école
1901 : Claudine à Paris
1902 : Claudine en ménage
1903 : Claudine s’en va
1904 : Dialogues de bêtes
1907 : La Retraite sentimentale
1908 : Les Vrilles de la vigne (nouvelles)
1909 : L’Ingénue libertine
1910 : La Vagabonde
1913 : L’Entrave
1913 : L’Envers du music-hall
1916 : La Paix chez les bêtes
1917 : Les Heures longues
1918 : Dans la foule
1919 : Mitsou ou Comment l’esprit vient aux filles
1920 : Chéri
1922 : La Chambre éclairée (recueil de textes publiés dans la presse à la fin de la Première Guerre mondiale)
1922 : La Maison de Claudine
1923 : Le Blé en herbe
1924 : La Femme cachée (nouvelles)
1925 : L’Enfant et les Sortilèges (fantaisie lyrique, musique de Maurice Ravel)
1926 : La Fin de Chéri
1928 : La Naissance du jour
1929 : La Seconde
1930 : Sido
1932 : Le Pur et l’Impur
1933 : La Chatte
1934 : Duo
1936 : Mes Apprentissages
1936 : Splendeur des papillons, Librairie Plon
1937 : Bella-Vista
1938 : La Jumelle noire (quatre tomes de recueil de critiques littéraires et cinématographiques : tome I (1934), tome II (1935), tome III (1937), tome IV (1938))
1939 : Le Toutounier (suite de Duo)
1940 : Chambre d’hôtel
1943 : Le Képi
1943 : Nudité
1944 : Gigi
1946 : L’Étoile Vesper
1941 : Julie de Carneilhan
1941 : Journal à rebours
1944 : Paris de ma fenêtre
1949 : Le Fanal bleu

Posthume

1958 : Paysages et portraits (Flammarion).

Wikipedia France

Jacqueline

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s