Denis Diderot

Denis Diderot, né le 5 octobre 1713 à Langres et mort le 31 juillet 1784 à Paris, est un écrivain, philosophe et encyclopédiste français.

Diderot est reconnu pour son érudition, son esprit critique et un certain génie. Il laisse son empreinte dans l’histoire de tous les genres littéraires auxquels il s’est essayé : il pose les bases du drame bourgeois au théâtre, révolutionne le roman avec Jacques le Fataliste, invente la critique à travers ses Salons et supervise la rédaction d’un des ouvrages les plus marquants de son siècle, la célèbre Encyclopédie. En philosophie également, Diderot se démarque en proposant plus de matière à un raisonnement autonome du lecteur plutôt qu’un système complet, fermé et rigide. Rien en fait ne représente mieux le sens de son travail et son originalité que les premiers mots de ses Pensées sur l’interprétation de la nature (2e éd., 1754) :

« Jeune homme, prends et lis. Si tu peux aller jusqu’à la fin de cet ouvrage, tu ne seras pas incapable d’en entendre un meilleur. Comme je me suis moins proposé de t’instruire que de t’exercer, il m’importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes, pourvu qu’elles emploient toute ton attention. Un plus habile t’apprendra à connaître les forces de la nature ; il me suffira de t’avoir fait essayer les tiennes. »

Mal connu de ses contemporains, tenu éloigné des polémiques de son temps, peu enclin à la vie des salons et mal reçu par la Révolution, Diderot devra attendre la fin du XIXe siècle pour recevoir enfin tout l’intérêt et la reconnaissance de la postérité dans laquelle il avait placé une partie de ses espoirs.

Denis Diderot naît à Langres1, dans une famille bourgeoise le 5 octobre 1713 et est baptisé le lendemain en l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Langres2.
Portrait supposé de Didier Diderot, maître coutelier de Langres (artiste inconnu), Musée d’art et d’histoire de Langres

Ses parents3 eurent six enfants dont seulement quatre atteignirent l’âge adulte.

Diderot était l’aîné de cette fratrie dont chaque membre tint un rôle important dans la vie de l’écrivain. Angélique (1720-1749), ursuline, mourut jeune au couvent et inspira La Religieuse ; Didier-Pierre (1722-1787) embrassera la carrière ecclésiastique et sera chanoine de la cathédrale de Langres. Les relations entre les deux frères seront toujours conflictuelles, au-delà même du décès de Denis4. Denise (1715-1797), enfin, également restée au pays, sera le lien permanent et discret entre Diderot et sa région natale.

De 1723 à 1728, Denis suit les cours du collège jésuite, proche de sa maison natale. À douze ans (1725), ses parents envisagent pour lui la prêtrise et, le 22 août 1726, il reçoit la tonsure de l’évêque de Langres.
Premières années parisiennes (1728-1745)

Mais peu intéressé par la carrière ecclésiastique, ni d’avantage par l’entreprise familiale et les perspectives de la province, il part étudier à Paris en 1728. Il ne reviendra plus guère à Langres que quatre fois, en 1742, à l’automne 1754, en 1759 et en 1770 et essentiellement pour régler des affaires familiales.

Ses premières années parisiennes sont mal connues. De 1728 à 1732, il suit sans doute des cours au collège d’Harcourt puis étudie la théologie à la Sorbonne. En tous cas, le 6 août 1735, il reçoit une attestation de l’université de Paris qui confirme qu’il a étudié avec succès la philosophie pendant deux ans et la théologie durant trois ans.

Les années 1737-1740 sont difficiles. Diderot donne des cours, compose des sermons, se fait clerc auprès d’un procureur d’origine langroise, invente des stratagèmes pour obtenir de l’argent de ses parents, au désespoir de son père.

Ses préoccupations prennent progressivement une tournure plus littéraire. Il fréquente les théâtres, apprend l’anglais et donne quelques articles au Mercure de France — le premier serait une épître à M. Basset, en janvier 1739. À la fin des années 1730, il annote une traduction d’Étienne de Silhouette de l’Essay on man d’Alexander Pope et se tourne vers la traduction.

Diderot rencontre Jean-Jacques Rousseau à la fin de 1742. Une forte amitié naît entre les deux hommes. C’est sur la route du Château de Vincennes, où est enfermé Diderot, que Rousseau a la fameuse illumination qui lui inspirera le Discours sur les sciences et les arts. Diderot lui-même n’est d’ailleurs pas étranger à certaines idées du texte5. Par l’intermédiaire de Rousseau, Diderot rencontre Condillac en 1745. Ils forment à trois une petite compagnie qui se réunira souvent.
Premiers écrits (1743-1749)

Entre 1740 et 1746, Diderot déménage fréquemment sans jamais s’éloigner du quartier latin6. En 1740 on le trouve rue de l’Observance puis rue du Vieux-Colombier et rue des Deux-Ponts.

En 1742, il effectue un premier retour à Langres pour solliciter auprès de son père le droit de se marier7. Il essuie un refus. Au début de l’année 1743, s’opposant au mariage qu’il projette malgré son refus et sans doute fatigué des frasques de son fils, son père le fait enfermer quelques semaines dans un monastère près de Troyes. Denis s’en échappe et ayant atteint sa majorité matrimoniale (30 ans à l’époque) en octobre, épouse secrètement en novembre Anne-Antoinette Champion (1710-10 avril 17968) en l’église Saint-Pierre-aux-Bœufs9 le 6 novembre 174310. Le jeune couple s’insalle rue Saint-Victor (1743).

La clandestinité du mariage peut laisser penser à un mariage d’amour, mais cette union ne sera pas heureuse longtemps. Diderot oublie rapidement son épouse très éloignée sans doute de ses considérations littéraires ; sa première liaison connue, avec Madeleine de Puisieux, est attestée en 1745. Mais, en dépit de ses écarts conjuguaux, Diderot aura toujours soin de protéger les siens ; et, de son couple, naîtront quatre enfants dont seule la cadette, Marie-Angélique (1753-1824), atteindra l’âge adulte.

L’année 1743 marque le début de la carrière littéraire de Diderot, par le biais de la traduction. Il traduit The Grecian history de Temple Stanyan, puis, surtout en 1745 paraît sa traduction, largement augmentée de ses réflexions personnelles, de An inquiry concerning virtue or merit de Shaftesbury, sous le titre Essai sur le mérite et la vertu11, premier manifeste du glissement de Diderot de la foi chrétienne vers le déisme.

En 1746, le couple se trouve rue Traversière puis, en avril, rue Mouffetard, (avril 1746)12 C’est l’époque de la publication de sa première œuvre originale, les Pensées philosophiques en 1746.

De 1746 à 1748, il collabore avec Marc-Antoine Eidous et François-Vincent Toussaint à la traduction du Medicinal dictionnary de Robert James. En 1748 il publie Les Bijoux indiscrets, conte orientalisant parodiant entre autres la vie à la cour et des Mémoires sur différents sujets de mathématiques, ces derniers jetant les bases de sa notoriété, comme mathématicien…

Il rencontre à cette époque Jean-Philippe Rameau et collabore à la rédaction de sa Démonstration du principe de l’harmonie (1750).
Château de Vincennes (24 juillet au 3 novembre 1749)

Les positions matérialistes de sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient, qui paraît en 1749, achèvent de convaincre la censure que leur auteur, surveillé depuis quelque temps, est un individu dangereux. L’œuvre est condamnée et Diderot est arrêté chez lui, rue de l’Estrapade13 et emmené au château de Vincennes où il sera incarcéré trois mois sur ordre de Berryer.
Le n°3 de la rue de l’Estrapade où vivait Diderot de 1747 à 1754, à l’époque de son arrestation.

À son domicile on saisit le manuscrit de La Promenade du sceptique et on cherche vainement le manuscrit de L’Oiseau blanc : conte bleu.

Durant sa détention, Diderot reçoit la visite de son ami Jean-Jacques Rousseau qui, en chemin, a eu la fameuse illumination qui l’amènera à écrire, sans doute avec l’aide de Diderot son Discours sur les sciences et les arts. Sa pénible détention traumatise Diderot14 et l’incite à une grande prudence dans ses publications, préférant même réserver certains de ses textes à la postérité (voir chapitre Réception de l’œuvre de Diderot, ci-dessous).

L’Encyclopédie (1747-1765)

Articles détaillés : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Encyclopédistes et Cacouac.

L’année 1747 marque le début des pleines responsabilités de Diderot dans le vaste projet éditorial de l’Encyclopédie. Il s’installe alors rue de l’Estrapade sur la montagne Sainte-Geneviève. Le Prospectus paraît en 1750 et le premier volume l’année suivante. Il consacrera 20 ans de sa vie à ce projet qu’il n’achève qu’en juillet 1765, rempli de l’amertume due au manque de reconnaissance, aux errements de l’édition et au comportement des éditeurs (Le Breton en particulier).

Cette période de travail intense, avec ses charges, ses menaces, ses satisfactions et ses déceptions est également marquée par quelques événements privés importants.

En 1750, il est nommé à l’Académie de Berlin. Et en 1753 naît Marie-Angélique, seul de ses enfants qui lui survivra.

Les finances s’améliorent, et, en 1754, la famille Diderot s’installe aux 4e et 5e étage d’un logis de la rue Taranne et n’en bougera plus. Cette maison a disparu à la fin du XIXe siècle, mais une statue de Jean Gautherin rappelle son emplacement approximatif au niveau du numéro 145 du boulevard Saint-Germain.

En 1755 il rencontre Sophie Volland, peut-être par l’intermédiaire de Rousseau. Cette liaison, clandestine, qui se prolongera jusqu’à la mort de celle-ci, est à l’origine d’une abondante correspondante qui apparaît aujourd’hui comme essentielle pour la connaissance de l’écrivain.

À partir de 1757 ses idées commencent à diverger de celles de Rousseau, entre autres sur la question de la valeur de l’homme dans la société. Diderot en effet comprend mal le principe de solitude exprimé par Rousseau et écrit dans Le Fils naturel, que « l’homme de bien est dans la société, et qu’il n’y a que le méchant qui soit seul ». Rousseau se sent attaqué et s’offusque. C’est le début d’un éloignement qui ne fera plus que se marquer davantage.

Le décès de son père, en 1759, impose un voyage à Langres pour régler la succession. C’est l’occasion pour Diderot de retrouver sa terre natale et de repenser à l’intégrité de son père. Il en sortira des textes importants, comme le Voyage à Langres et l’Entretien d’un père avec ses enfants.

Dès 1761, Diderot pense à vendre sa bibliothèque pour doter correctement sa fille − qui n’a alors que 8 ans. Catherine II intervient et achète le bien. Non seulement elle l’achète “en viager” pour permettre au philosophe d’en garder l’usage jusqu’à sa mort mais en plus elle le nomme bibliothécaire de ce fond et le rétribue en tant que tel. Suite à un retard de paiement, l’impératrice lui paye même 50 années d’avance. Cette vente et ces largesses permettront au philosophe de mettre sa fille et ses vieux jours à l’abri du besoin, mais aura un impact important sur la réception de son œuvre.

Critique et négociant (1765-1773)

À partir de 1769, Grimm confie plus largement la direction de la Correspondance littéraire à Diderot et Louise d’Épinay. Ce sera l’occasion pour Diderot de développer une activité de critique d’une part littéraire et d’autre part artistique par le biais des neuf salons qu’il rédigera entre 1759 et 1781. La Correspondance littéraire sera également le premier mode de diffusion, manuscrit et très restreint, de nombreux textes du philosophe.

Article détaillé : Salons (Diderot).

Au printemps 1769, Diderot devient l’amant de Jeanne-Catherine Quinault (dite madame de Maux, du nom de son mari), nièce de la comédienne Jeanne-Françoise Quinault et amie de Louise d’Épinay.

Les divergences avec Rousseau s’affirment depuis quelques années déjà, la dispute s’amplifie jusqu’à la rupture totale en 1770. Rousseau considère dès lors Diderot comme un ennemi. L’un et l’autre alimenteront une grande amertume de cette rupture. Ainsi, dans sa Lettre sur les spectacles, Rousseau écrit : « J’avais un Aristarque sévère et judicieux, je ne l’ai plus, je n’en veux plus ; mais je le regretterai sans cesse, et il manque bien plus encore à mon cœur qu’à mes écrits . » Et Diderot répond, dans l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron : « Demandez à un amant trompé la raison de son opiniâtre attachement pour une infidèle, et vous apprendrez le motif de l’opiniâtre attachement d’un homme de lettres pour un homme de lettres d’un talent distingué. »

À cette époque également, Diderot négocie des tableaux pour Catherine II. Grande amatrice d’art, l’impératrice chargeait ses principaux contacts, dont Diderot, d’acheter des œuvres européennes alors introuvables en Russie. C’est Diderot, par exemple, qui se charge en personne de l’achat du cabinet de Pierre Crozat en 1772.

Le 9 septembre 1772 sa fille unique se marie avec Abel François Nicolas Caroillon de Vandeul.

Voyage à Saint-Pétersbourg (1773-1774)

Catherine II

Depuis plus de 10 ans, Diderot était invité par Catherine II dont les largesses imposaient la reconnaissance. Peu enclin aux mondanités et d’un caractère casanier, ses obligations éditoriales et familiales incitaient Diderot à reporter le déplacement. Ce n’est qu’en 1773, après avoir terminé l’Encyclopédie et conclu le mariage de sa fille qu’il entreprend enfin ce voyage15.

Diderot effectue ainsi l’unique voyage hors de France de sa vie du 11 juin 1773 au 21 octobre 1774. Ce voyage sera marqué d’un séjour à Saint-Pétersbourg, de ses entretiens avec Catherine II et deux longs séjours à La Haye, dans les Provinces-Unies de l’époque.

Diderot avait pris avant son départ les dispositions nécessaires en prévision de son décès éventuel avec un certain Jacques-André Naigeon. Il revint indemne, des projets plein la tête, mais très affaibli ; les conditions du voyage et les rigueurs de l’hiver russe ont certainement écourté sa vie de quelques années…

Trajet de Denis Diderot

Séjours à La Haye (1773-1774)

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

À l’aller et au retour de son voyage, Diderot passe deux longs séjours à La Haye, dans les Provinces-Unies. Son Voyage en Hollande est une synthèse de ses observations et de ses lectures sur le pays.

En 1774, Diderot rencontre l’éditeur Marc-Michel Rey. Il envisage avec lui une édition complète de ses œuvres qui ne verra pas le jour16.
Dernières années (1774-1784)

Dès son retour, il ralentit progressivement sa vie sociale, sa santé se dégrade et il l’accepte mal. Il multiplie et allonge les séjours à Sèvres, dans la maison de son ami le joaillier Étienne-Benjamin Belle17 où il vient régulièrement pendant les dix dernières années de sa vie18 et au château du Grandval19 (Sucy-en-Brie), chez d’Holbach, parfois en famille. En 1781, il collabore un peu à l’Encyclopédie méthodique de Charles-Joseph Panckoucke et Jacques-André Naigeon.
Château du Grandval, où Diderot fit plusieurs séjours à l’invitation du baron d’Holbach (carte postale de 1907).

À partir de 1783, Diderot met de l’ordre dans ses textes et travaille avec Naigeon à établir trois copies de ses œuvres : une pour lui, une pour sa fille et la dernière pour Catherine II. Sophie Volland décède le 22 février 1784. Le 15 mars 1784, le décès prématuré de sa petite-fille lui est peut-être caché pour le ménager.
Plaque sur l’immeuble du 39 rue de Richelieu.

Le 1er juin 1784, il déménage au 39 de la rue de Richelieu à Paris, dans l’hôtel dit de Bezons, grâce aux bons soins de Melchior Grimm et de Catherine II qui souhaitaient lui éviter les 4 étages d’escalier de son logis de la rue Taranne. Il ne profite que deux mois de ce confort et y décède, le 31 juillet 1784.

Il est autopsié, à sa demande et inhumé à l’église Saint-Roch, dans la chapelle de la Vierge, le 1er août 1784.

« L’an 1784, le 1er août, a été inhumé dans cette église M. Denis Diderot, des académies de Berlin, Stockholm et Saint-Pétersbourg, bibliothécaire de Sa Majesté Impériale Catherine seconde, impératrice de Russie, âgé de 71 ans, décédé hier, époux de dame Anne-Antoinette Champion, rue de Richelieu, de cette paroisse, présents : M. Abel-François-Nicolas Caroilhon de Vandeul, écuyer, trésorier de France, son gendre, rue de Bourbon, paroisse Saint-Sulpice ; M. Claude Caroilhon Destillières, écuyer, fermier général de Monsieur, frère du Roi, rue de Ménard20, de cette paroisse ; M. Denis Caroilhon de la Charmotte, écuyer, directeur des domaines du Roi, susd. rue de Ménard, et M. Nicolas-Joseph Philpin de Piépape, chevalier, conseiller d’État, lieutenant général honoraire au bailliage de Langres, rue Traversière, qui ont signé avec nous (…), Marduel, curé. »

— Extrait du registre paroissial de l’église Saint-Roch à Paris21.
Après 1784

En juin 1786, sa bibliothèque et ses archives sont envoyées à Saint-Pétersbourg, où elles ne recevront pas l’attention accordées à celles de Voltaire : les pertes, les disparitions et l’absence de tout inventaire nuiront également à la connaissance et la bonne réception de l’œuvre de Diderot.

Durant la Révolution, les tombes de l’église Saint-Roch sont profanées et les corps jetés à la fosse commune. La sépulture et la dépouille de Diderot ont donc disparu, contrairement à celles de Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, tous deux inhumés au Panthéon de Paris, comme se plaît à le souligner Raymond Trousson.

Œuvre
Article détaillé : Œuvres de Denis Diderot.

Diderot a touché à tous les genres littéraires, en s’y montrant souvent novateur.
Roman, conte et théâtre

En tant qu’écrivain de fiction, Diderot s’est illustré dans le roman et au théâtre. Dans ces deux genres, malgré une production limitée il est parvenu à marquer l’histoire de la littérature par son style qui modernise le roman et le développement d’un nouveau genre théâtral, le drame bourgeois. Le Fils naturel ou Les épreuves de la vertu, sont écrits et représentés pour la première fois en 1757.
Encyclopédiste

À partir de 1747, à 34 ans, Diderot dirige et rédige, avec D’Alembert, l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Il s’investira dans la rédaction, la collecte, la recherche et la réalisation des planches de 1750-1765. Il a personnellement rédigé le Prospectus (paru en 1750) et plus d’un millier d’articles.
Article détaillé : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

Critique d’art

Diderot a mené une importante activité de critique publiée surtout dans la Correspondance littéraire, philosophique et critique. Il a rédigé de nombreux comptes rendus de lectures pour la Correspondance littéraire, philosophique et critique. Mais il a également rédigé plusieurs ouvrages ou « postface » à portée critique qui traitent de ses conceptions du théâtre ou d’auteurs en particulier.
Article détaillé : Salons (Diderot).

Correspondance

On conserve de Diderot deux importants corpus de correspondance, outre sa correspondance générale. Le premier se constitue des 187 lettres conservées adressées à son amante, Sophie Volland22. Dans l’une d’elles, datée du 1er octobre 1768, Diderot aurait enrichi la langue française du mot calembour23 Le second est un échange avec Falconet sur l’immortalité de l’artiste, l’art et la postérité.

Traducteur

Diderot a entamé sa carrière littéraire par des traductions, qui étaient, initialement le moyen de gagner sa vie.

Contributions

Travailleur infatigable, sans doute éternel insatisfait, relecteur attentif, toujours prêt à rendre service, par amour, amitié ou obligeance, ou encourager le débutant, Diderot a consacré une grande énergie aux œuvres d’autrui. Une part de son œuvre est ainsi éparpillée, voire difficilement discernable dans les publications de son entourage littéraire : Madeleine de Puisieux, D’Holbach, Raynal, Galiani, madame d’Epinay, Tronchin,… Diderot ne manque toutefois pas de nier sa contribution, ou d’en réduire l’importance, de bonne ou de mauvaise foi.

Style

Dialogue

Loin de la recherche d’un système philosophique cohérent, Diderot rassemble les idées et les oppose. C’est donc, avant ses idées personnelles, surtout une incitation à la réflexion qui se dégage de son œuvre. Cette démarche, volontaire, se retrouve dans la forme de dialogue qu’il donne à ses œuvres principales (Le Neveu de Rameau, Le rêve de D’Alembert, Supplément au Voyage de Bougainville…) avec cette particularité qu’aucun des personnages ne représente à lui seul la pensée de l’auteur. Cette pluralité se retrouve d’ailleurs dans ses titres (les pensées, les principes, …). Quand il ne conçoit pas de dialogue, il répond — fut-ce fictivement —, ajoute (Supplément au voyage de Bougainville), renie (Réfutation d’Helvetius). Diderot retravaille aussi fréquemment ses textes et, même, dans la seconde moitié de sa vie, rédige quelques Additions (aux Pensées philosophiques, à la Lettre sur les aveugles, …) pour rendre compte de l’évolution de ses propres réflexions.

Commentaire

Diderot développe souvent ses œuvres à partir du canevas de l’œuvre d’un tiers, pour le commenter. C’est le cas du Paradoxe sur le comédien où Diderot développe ses idées sur le théâtre à partir de Garrick ou Les acteurs anglais de Sticotti ; c’est le cas des Salons qui suivent le catalogue de l’exposition. Dans le même esprit, Diderot s’appuie souvent sur l’œuvre d’un tiers pour développer ses idées, pour contredire (Supplément au Voyage de Bougainville), pour s’inscrire dans un contexte ou une polémique (Suite de l’Apologie de M. l’abbé de Prades).

Digression

La digression est le principe même de Jacques le Fataliste que l’on pourrait centrer sur ses amours que Jacques ne raconte jamais et autour desquels gravitent une série de récits qui constituent l’œuvre.

La digression c’est aussi des détails sans rapport avec le contenu du texte et qui servent à l’introduire, à alléger le propos,… Ainsi, la première réplique du Paradoxe sur le comédien est : « N’en parlons plus ».
Mise en abyme

La mise en abyme est utilisée par Diderot, pour pouvoir mener de front une théorie et son application. L’exemple flagrant est Le Fils naturel où sont mêlés la pièce et son commentaire. La pièce de théâtre est en fait l’incise dans un exposé d’une théorie du théâtre (Les entretiens). Diderot d’ailleurs se met en scène occupé à assister à une représentation théâtrale privée à laquelle participe la personne avec laquelle il discute.
Idées

Chez Diderot, les idées s’effacent un peu devant la méthode (voir ci-dessus). Il est moins question d’imposer ses vues personnelles que d’inciter à la réflexion personnelle sur base de différents arguments, donnés, par exemple, par les intervenants des dialogues. Les idées personnelles de Diderot ont de plus évolué avec l’âge.

Plutôt que philosophe, Diderot est avant tout un penseur. Il ne poursuit en effet ni la création d’un système philosophique complet, ni une quelconque cohérence : il remet en question, éclaire un débat, soulève les paradoxes, laisse évoluer ses idées, constate sa propre évolution mais tranche peu.

Pour autant, des thèmes apparaissent récurrents dans la pensée de Diderot et des orientations générales peuvent être dégagées de ses écrits.

Religion

La position de Diderot à l’égard de la religion évolue dans le temps, en particulier dans sa jeunesse. Ses parents le vouaient à une carrière ecclésiastique et il reçut la tonsure de l’évêque de Langres. Arrivé à Paris, son parcours académique se fait dans des institutions d’obédience catholique, comme la Sorbonne. C’est au gré de ses lectures que sa foi va s’étioler et qu’il semble évoluer vers le théisme, le déisme et enfin souscrire aux idées matérialistes. C’est cette évolution que l’on constate des Pensées philosophiques à la Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient. Plus tard, ces positions sont confirmées dans le Supplément au voyage de Bougainville qui évoque la religion naturelle et un dialogue très représentatif, l’Entretien d’un philosophe avec la maréchale de ***. À l’instar des Lumières, Diderot rejette plus les excès de la religion que la religion elle-même. Toute sa vie, il fut en conflit avec son frère sur ces questions.

Morale

La morale24 est une préoccupation récurrente de Diderot. Le thème apparaît dans ses critiques artistiques (voir ci-dessous), dans son théâtre (voir ci-dessus) et dans quelques textes (contes et dialogues), rédigés en 1771-1772, autour du thème de la morale, inspirés par un retour dans sa région natale, imprégnée de la droiture morale de son père décédé.

Art

Les contacts de Diderot avec les peintres et leurs œuvres lors des salons parisiens l’amènent à développer une pensée concernant l’art pictural qu’il expose dans ses Essais sur la peinture et dans ses Pensées détachées sur la peinture.

Éducation

Synthèse25

Œuvres principales

Plan d’une université (réd. 1775). Il s’agit d’un plan idéal des études commandé par Catherine II. Transmis par l’intermédiaire de Grimm, elle semble ne jamais l’avoir lu, au grand regret de Diderot.
Lettre sur l’éducation des enfants à la princesse Nassau-Saarbruck, 1758.
Lettre à la comtesse de Forbach sur l’éducation des enfants (réd. vers 1772)
Réfutation d’Helvétius (réd. 1773-1778, Corr. 1783-1786)
Il aurait également contribué26 à la rédaction de De l’éducation publique, Dominique-François Rivard.

Politique

Diderot ne s’est pas engagé directement dans les débats politiques de son temps. On ne trouve pas non plus chez lui de traité de politique proprement dit. Les réflexions et les engagements politiques de Diderot se lisent surtout entre les lignes dans son œuvre et s’expriment de manière plus concrète à partir des années 1770, peut-être au contact de Guillaume-Thomas Raynal ou Ferdinando Galiani. Avant cela, Diderot, qui a tâté de la prison, qui s’était engagé à modérer ses écrits et qui avait rusé pendant 20 ans pour contourner la censure s’en était tenu à une certaine prudence.

L’édition Hermann (dite DPV) de ses œuvres complètes proposent un volume qui porte le titre général de « Politique » (n°XXIV) ; il contient le Voyage de Hollande, les Observations sur Hemsterhuis, et la Réfutation d’Helvétius. D’autres œuvres, plus clairement politiques, auraient pu être retenues, tels l′Essai sur les règnes de Claude et de Néron ou ses contributions au Dialogues sur le commerce des blés et à l′Histoire des deux Indes.

À côté de ces textes strictement personnels, il faut isoler quelques écrits qui portent sur des questions politiques concrètes ou des projets et qui sont des œuvres de commande.

Première lettre d’un citoyen zélé (1748) — pour M.D.M. parfois identfié avec Sauveur-François Morand.
Lettre sur le commerce des livres (1763) — au nom des libraires parisiens à destination de Sartine.
Observations sur le Nakaz (1774) — pour Catherine II de Russie.
Plan d’une université (1775) — pour Catherine II de Russie.

Trois préoccupations importantes de Diderot sont le rejet du despotisme, le rôle de l’enseignement non religieux dans le bonheur et le développement de la société et le développement du droit d’auteur27 — sans préjudice à la circulation du savoir.

Sciences

Diderot est également auteur ou co-auteur de quelques ouvrages scientifiques. En tant que matérialiste, la compréhension des phénomènes naturels est une préoccupation importante que l’on retrouve à travers toute son œuvre.

Bibliographie

J. Mayer, Diderot : homme de sciences, Rennes, 1959.
Anne Masseran, La courtisane contre l’expérimentatrice : les images de la science dans les œuvres de Diderot.

Postérité et réception critique

La réception de l’œuvre Diderot a une histoire particulière car l’image du philosophe a évolué avec le temps, au gré de la révélation progressive de son œuvre. Cette révélation progressive apparait clairement dans le tableau de synthèse de l’article Œuvres de Denis Diderot.

Diderot, de son vivant, s’est montré prudent face à la censure. Après son incarcération de 1749, il ne voulait plus prendre de risque ni en faire courir à sa famille. Il va donc lui-même reporter la publication de certains textes, parfois de plusieurs années après les avoir écrits. Par ailleurs, certains textes ne sont parus que dans la Correspondance littéraire de Grimm. La publication manuscrite de ce périodique ne permettait pas d’assurer une connaissance publique de l’œuvre de Diderot.

En 1762, Catherine II de Russie achète à Diderot sa bibliothèque personnelle en viager. Diderot en garda l’usage et perçoit une rente en tant que bibliothécaire, mais l’accord impliquait que le fond et tous ses manuscrits seraient transférés à Saint-Pétersbourg à sa mort. Ce qui fut fait en juin 1786. Cet éloignement n’a pas favorisé la publication des textes soigneusement cachés par Diderot. De plus, sur place, les documents n’ont pas eu les égards de ceux de Voltaire (transférés dans des circonstances similaires), n’ont pas été catalogués et se sont éparpillés. Certains n’ont réapparu qu’au XXe siècle…

De son côté, sa propre fille, catholique et conservatrice, a sans doute, malgré l’admiration qu’elle vouait à son père, cherché à orienter la publication de ses œuvres, « corrigeant » si nécessaire les textes qui ne respectaient pas assez ses valeurs, la bienséance ou les intérêts commerciaux de son mari. Un exemple concret28 est le grattage systématique des noms de personnes dans les manuscrits de Ceci n’est pas un conte. Dans d’autres textes, certains noms seront remplacés ou ramenés à leur initiale. Même le fidèle secrétaire, Naigeon n’obtiendra pas sa collaboration pour l’édition des Œuvres complètes qu’il préparait avec Diderot à partir de 1782 et qui ne paraitra qu’en 1800 (voir ci-dessous).

Les vicissitudes de l’histoire ont également porté atteinte à l’image de Diderot. En 1796 parait l’Abdication d’un roi de la fève ou Les éleuthéromanes. Le public tient des passages de ce texte pour responsables de certains excès de la Révolution française et les reproche à Diderot. Ces dispositions n’inciteront ni à l’étude, ni à la publication ni à la découverte de textes durant tout le XIXe siècle.

Dans la première partie du XIXe siècle, les œuvres de Diderot sont toujours contestées et interdites à de nombreuses reprises. On notera que le 31 mai 1826, à Paris, le Tribunal Correctionnel de la Seine, ordonne la destruction du roman de Denis Diderot “Jacques le Fataliste et son maître” et condamne l’éditeur à un mois de prison. D’autres œuvres de Diderot connaîtront la censure étatique pour outrage à la morale publique dont “La Religieuse” (en 1824 et 1826), où encore les “Bijoux Indiscrets” (en 1835)29.

Il faut en fait attendre le bicentenaire de sa naissance pour rencontrer un regain d’intérêt et avoir une vision considérée comme complète de ses écrits.

L’image de Diderot a donc évolué avec le temps en fonction de l’idée que l’on pouvait se faire de l’intégralité de son œuvre. Ses contemporains le connaissaient essentiellement comme l’éditeur de l’Encyclopédie, le promoteur d’un nouveau genre théâtral (le « drame bourgeois »), l’auteur d’un roman libertin (Les Bijoux indiscrets) et de quelques textes philosophiques critiqués. Après sa mort, il est assez symptomatique de voir les éditions d’« Œuvres complètes » s’enrichir avec le temps.

Entourage

Voir aussi : Connaissance de Denis Diderot et L’Académie de Berlin.

L’analyse de l’entourage de Diderot souligne, autant que la diversité de son œuvre, son côté éclectique. Les personnages repris ici n’entretenaient bien sûr pas tous les mêmes rapports avec Diderot : si tous ont eu un impact sur sa vie ou son œuvre, ces contacts ont pu n’être alimentés que sporadiquement ou ponctuellement.
Écrivains et philosophes

Paul Henri Thiry d’Holbach

Diderot passe son premier séjour à Granval (Sucy-en-Brie30), sur son invitation en 1759.

Melchior Grimm, rencontré en 1749.

Voltaire

Lettres connues à Voltaire : 11 juin 1749 (Lettre sur les aveugles), 19 février 1758, 28 novembre 1760, 29 septembre 1762, 1766. Diderot lui a manifestement adressé un exemplaire de la Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient. Voltaire lui répond et marque son intérêt pour l’ouvrage. Voltaire collabore à l’Encyclopédie avec quelques articles. Respect mutuel mais l’éventuelle unique rencontre, en 1778, n’est pas confirmée. Dans une lettre à Palissot du 4 juin 1760, Voltaire dit : « sans avoir jamais vu M. Diderot (…) j’ai toujours respecté ses profondes connaissances. »

Michel-Jean Sedaine

La rencontre date de 1765 : l’attention de Diderot est attirée par le Philosophe sans le savoir, présenté au public le 2 décembre 1765, qu’il apprécie tout particulièrement.

François Tronchin

Diderot remanie son Catilina au point d’en modifier la focalisation et de devoir changer le titre en Terentia en 1775.

Peintres

Étienne Maurice Falconet, Anna Dorothea Therbusch, Charles Van Loo, Jean-Honoré Fragonard, Claude Joseph Vernet (qui lui offre son tableau Fin de tempête en 1768), Allan Ramsay (rencontré en septembre 1765).
Famille

Son père, Didier Diderot (1685-1759)
Article détaillé : Didier Diderot.

Malgré les tensions avec son fils, Didier lui transmettra ses préoccupations morales et un intérêt pour la technique, qui aidera Diderot dans sa rédaction de l’Encyclopédie.

Sa fille, Marie-Angélique (1753-2 décembre 1824). Elle est aimée de son père et lui témoigne une grande admiration31. Elle donne en 1797 une notice historique sur Sedaine, à la Correspondance littéraire32. Il existerait (ou aurait existé) un portrait d’elle par Jacques Augustin Catherine Pajou et Louis Léopold Boilly. Claveciniste talentueuse, son père lui rapportera des partitions inédites de Carl Philipp Emanuel Bach, rencontré à Hambourg en revenant de Saint-Pétersbourg. Pieuse et soucieuses des intérêts financiers de son mari (Abel Caroillon de Vandeul), elle finira par nuire volontairement à la réception de l’œuvre de son père. Il existe une copie manuscrite (inédite) de 160 de ses lettres adressées à son ami Drevon33, juge du tribunal à Langres entre 1805 et 182234.
Liaisons extra-conjugales

Alice M. Laborde, Diderot et madame de Puisieux, Anma Libri (ISBN 978-0-915838-54-7)
Alice M. Laborde, Diderot et l’amour, Anma Libri (ISBN 978-0-915838-22-6)
Michel Corday, La vie amoureuse de Diderot, Paris, Ernest Flammarion, coll. « Leurs amours », 1928, 187 p.

Monde politique

Le monde politique n’est pas représenté dans les proches de Diderot (voir ci-dessous ses écrits en ce domaine). Toutefois, Diderot a pu profiter à différentes périodes de soutiens plus ou moins affichés. Lors de sa détention à Vincennes, on notera par exemple de l’intervention de Madame de Pompadour et l’édition de l’Encyclopédie bénéficiera du soutien de Malesherbes.

Galitzine dont le mariage est à l’origine de Mystification ou l’histoire des portraits.
Catherine II de Russie
Antoine de Sartine
François-Michel Durand de Distroff
Alekseï Vassilievitch Narychkine, 1742-1800, chambellan depuis 1773, diplomate, homme de lettres, ami de Diderot. Il offre son hospitalité à Diderot lors de son séjour à Saint-Pétersbourg.

Contributeurs de l’Encyclopédie
Article détaillé : Encyclopédistes.
Ennemis

N’ayant pas vraiment eu d’ennemis personnels, les opposants35 de Diderot sont essentiellement ceux de l’Encyclopédie et du parti philosophique en général : Charles Palissot de Montenoy, Élie Fréron, Abraham Chaumeix,…
Article connexe : Cacouac.
Francs-maçons

Bien qu’il ne semble pas avoir été initié, Diderot est entouré de francs-maçons36 : Louis de Jaucourt, André Le Breton, Montesquieu, Jean-Baptiste Greuze, Claude-Adrien Helvétius, Friedrich Heinrich Jacobi, Voltaire37, Otto Hermann von Vietinghoff, Carlo Goldoni…

On notera également l’intérêt particulier qui lui est porté par des françs-maçons qui ne le connaitront pas de son vivant : Goethe, Guizot, Frédéric Bartholdi…
Autres

Diderot fut par ailleurs lié à Jacques-Henri Meister, Galiani38, Damilaville, d’Holbach, Guillaume Le Monnier, l’abbé Raynal, André Le Breton, madame Geoffrin qui lui offre fin 1768 la trop luxueuse robe de chambre qui lui fera regretter l’ancienne, l’orfèvre Étienne-Benjamin Belle, chez qui il fera quelques séjours (à Sèvres), David Garrick, Roland Girbal (son copiste39).

Rencontres en 1765

La princesse de Nassau-Sarrebruck, Julie de Lespinasse (amie de D’Alembert, qui s’offusquera d’être un personnage du Rêve de d’Alembert), Suzanne Curchod, Jacques-André Naigeon, Jean Jodin40.

Rencontres en 1769

Dom Léger Marie Deschamps, moine bénédictin, auteur d’un Vrai système que Diderot critique sévèrement dans la Correspondance littéraire pour ne pas avoir assez lu entre les lignes, comme lui expliquera l’auteur.
Lieux de Diderot

Diderot était un sédentaire. Il n’aimait guère les voyages41.

Séjours en France

Château du Grandval à Sucy-en-Brie chez son ami le baron d’Holbach, en octobre 1759, puis en octobre 1760, en novembre 1775 et en août 1780.
En 1755, il séjourne également au château d’Isle-sur-Marne.
On le voit aussi au château de la Chevrette à Deuil-la-Barre, propriété de Louise d’Épinay, maîtresse de Grimm et amie de Rousseau.

Wikipedia France

Jacqueline

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s